En 1971, Ray Tomlinson s’ennuie dans son boulot. Ingénieur à la BBN (la société d’informatique qui a inventé le langage Logo), il travaille dans une pièce sans fenêtres sur le développement d’un système d’exploitation pour ordinateurs. A ses heures perdues, Ray bidouille des ordinateurs. Il aimerait pouvoir les faire communiquer. Il programme donc des «boîtes aux lettres» qui permettront d’envoyer et de recevoir des messages d’une machine à l’autre. Pour cela, il utilise un programme qu’il a mis au point quelques mois plus tôt et qui permet d’envoyer des fichiers d’un ordinateur à un autre grâce à l’ancêtre d’Internet, le réseau Arpanet. Tomlinson a l’idée de le coupler avec un autre programme de son invention, qui permet, lui, de se laisser mutuellement des messages lorsqu’on est plusieurs utilisateurs à travailler sur un même poste. Le principe de l’e-mail était né.

Sur son clavier, il remarque une touche qui n’a aucun intérêt pour le traitement de texte des nouvelles machines à écrire : l’arobase @. En anglais, elle se prononce «at» et sert essentiellement à écrire des prix. Exemple : 4 apples @ $1 (4 pommes pour 1 dollar). Ce symbole n’ayant pas d’autre usage, il l’utilise pour définir un destinataire. Au-delà du principe d’e-mail, il est donc aussi l’inventeur de l’adresse électronique, la première créée étant tomlinson@bbn-tenexa.

>> A lire aussi – E-mails, appels, SMS… Jusqu’où votre patron peut-il vous gâcher les vacances ?

C’est ainsi qu’à l’automne 1971, il envoie le premier e-mail, pour electronic mail (courrier électronique). Que disait-il ? «Quelque chose comme “QWERTYUIOP” (les lettres du clavier anglophone, NDLR). Très sincèrement, je ne m’en souviens plus parce que cela n’avait aucun intérêt », expliquera Tomlinson quelques années avant sa mort, le 5 mars 2016. Il ajoutera que, selon lui, il n’est aujourd’hui plus nécessaire d’écrire e-mail, mais simplement email. En juillet 1972, son invention sera complétée par Lawrence Roberts, un informaticien qui a, lui, l’idée d’une application qui permet de répondre aux messages, de les trier et de les transférer : la messagerie électronique.

>> A lire aussi – Pôle Emploi : les arnaques par e-mail se multiplient

Témoin de ce pas de géant technologique, son collègue Jerry Burchel témoigna en 1998 dans le magazine «Forbes» : «Quand il m’a montré son invention, Tomlinson était un peu gêné : “Ne le dites à personne ! Ce n’est pas ce sur quoi nous sommes censés travailler.”» Finalement informée, la Darpa (les scientifiques de l’armée américaine) trouveront l’idée géniale… Et aujourd’hui, 3,2 millions d’e-mails sont envoyés chaque seconde dans le monde…